UN ENFANT DE LEMISO EN COULISSE AU PARLEMENT À OTTAWA

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ Par Dan Albertini  

Entre (). Quand l’Asie s’intéresse à daho, est-ce da ho ou daho car, les extensions de ce nom de domaine ont grimpé à la bourse des fournisseurs du www. Fermons les ().

J’ai à plus d’une enseigne et à plus d’une reprise épuisé de l’encre sur le sujet des enfants de Lemiso en rapport à l’interprétation haïtienne de la phénoménologie du méta. Métaphysique, connaissances cachées dites-sacrées, pouvoir…, etc., mais la religion nous en sert à plus d’un vecteur. Un nouveau courant serait-il mis en valeur chez certains enfants de Lemiso quand aujourd’hui on parle de métadonnées dans la globalité, de gouvernance globale, du numérique par un vecteur de l’intelligence dite artificielle. Le TO se bousculent ainsi aussi chez les enfants de Lemiso sans qu’ils ne le sachent en surfant sur Facebook et autres réseaux sociaux. Oui je l’ai soulevée au point où l’administration US aurait critiqué sur la croyance des Haïtiens. La compréhension en une force magique qui fait et détermine. Il est tout à fait vrai que des initiés vendent monts et merveilles comme peines et menaces en fonction des humeurs de la bourse des adeptes disponibles et de leurs seconds. Cependant, cette clientèle est-elle si abstraite que l’on ne lui confierait de quoi quand le Baldwin Wallace Université mens choir interprète Lemiso batala comme source d’énergie ? Gérald Exantus Alerte connu sous le pseudonyme nou-kaab dans ces milieux initiés du vaudou haïtien, grand promontoire de la notion « vodou civilisation » mènerait en bons termes ou, piloterait un véritable dossier avant-gardiste dans la société au point que la province en aurait répondu timidement aussi aux appels concertés sur le sujet de la discrimination et du profilage racial, mais qu’on le retrouve dans les coulisses du Parlement à Ottawa, sur ce même dossier initié bien avant d’autres.

Si le dossier paraît si sensible que le Québec patine et se noie dans sa propre boue quand les experts onusiens promettent d’y revenir dans ce froid glacial de tempéraments désormais dénoncés, y aurait-il lieu de se poser la question suivante : Trudeau en difficulté relative, aurait-il replongé dans ses ressources haïtiennes, après l’abandon des jumelles…, que la réponse serait bien différente. Gerald Exantus (Nou-Kaab) est le Secrétaire Général de la Commission Multiculturalisme du Parti Libéral du Canada qui est en train de travailler avec des Députés Fédéraux, particulièrement l’honorable députée Emmanuella Lambropoulos de ville Saint-Laurent, sur un potentiel Projet de Loi. La question du profilage racial.

Toujours à l’avant-garde de la société par rapport aux communautés noires de Montréal depuis les années nonante, Gerald Exantus sera-t-il sur cette Commission pour continuer le travail qu’il a commencé depuis son arrivé à Montréal, dont il était à la base de sorte association, etc, par rapport au bien-être, ce depuis le Congres africain, avec des anglophones, tout cela bien avant que le Gouvernement Québec décida d’établir une Commission sur le racisme systémique ? G. Exantus nous dit : « civilisation vaudou », une source et des ressources qui orientent une vie. Il a aussi été sur plus d’un comité multidisciplinaire et en amont d’initiatives telles l’amélioration des abords du cimetière de Port-au-Prince en Haïti, la longue marche qui avait amené des adeptes aux Gonaïves, à l’époque de Martelly, gestionnaire de budgets importants dans des affaires internationales en Haïti, à partir du Mouvement pour la Conscientisation…, etc., et certaines initiatives prometteuses à montréalaises. Que peut-on donc espérer de cette démarche parlementaire canadienne pour un dossier qui paraît politique et de relations publiques, quand les faits sont criants au sein de la société. L’affaire dépasse les frontières du Canada car, aux États-Unis d’Amérique même, on dénonce la galère endurée par la clientèle victimisée et aux abois. Coopération, espoir, sont-ils du menu canadien ?